15/08/2013

La loi sur la solidarité internationale doit être appliquée

La Genève internationale doit respecter les engagements qu'elle s'est fixée dans la loi sur le financement de la solidarité internationale en consacrant au moins 0.7% de son budget annuel de fonctionnement au fiinancement d'associations et de projets pour améliorer quelque peu la vie de nombreuses personnes dans des régions du monde qui en ont le plus besoin.

Lire la suite

08:33 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

10/07/2013

27'741 signatures contre les easycrèches lowcost des PLR, UDC et MCG

 Photo_référendum_crèche.jpgJe reviens du Service des votations et élections où nous venons de déposer 27'741 (!) signatures avec le référendum contre la nouvelle loi cantonale sur les institutions de la petite enfance. 27'741 signatures récoltées en 40 jours alors que 7'000 suffisaient, c’est une véritable gifle donnée à la majorité de droite du Grand Conseil (PLR, UDC et MCG) qui a voté cette loi.

Lire la suite

14:14 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | |

05/07/2013

L’avenir de la mobilité genevoise et lémanique est sur les rails.

Les excellentes nouvelles pour la mobilité genevoise et lémanique se suivent.

Le 21 juin dernier le Parlement fédéral votait définitivement à une large majorité le contre-projet à l’initiative ATE « Pour les transports publics » intitulé «Financement et aménagement de l’infrastructure ferroviaire» (FAIF) avec un montant de 6,4 milliards. Ce vote constituait une étape déterminante dans l’extension des transports publics en Suisse. Bonne nouvelle également pour Genève, inclus dans cette enveloppe, 790 millions pour financer l’extension de la gare de Cornavin.

Le 1er juillet dernier, le collectif 500, à la base de la proposition de version souterraine de l’extension de la gare Cornavin, déposait son initiative munie de 16'285 signatures récoltées en 3 mois seulement. Bravo.

Aujourd’hui 5 juillet, l’expertise indépendante cofinancée par les CFF, la Ville et le Canton de Genève qui avait pour but d'évaluer la faisabilité de différentes options pour agrandir la gare de Cornavin livre ses conclusions. La variante souterraine est retenue comme la meilleure. Son coût, 1,2 milliards, soit 500 millions de moins que l’estimation faite par les CFF il y a  quelques mois. 790 millions seront financés par Berne via le FAIF, manque 410 millions que devront assumer le Canton et la Ville de Genève. Comme candidat au Grand Conseil, je m’engage à voter le crédit que déposera le conseil d’Etat.

Ce sont 50'000 personnes quotidiennement qui passent par Cornavin aujourd’hui.

En 2030, ce seront 100'000 personnes par jour qui utiliseront une gare Cornavin agrandie en souterrain et qui auront à disposition un véritable RER du Grand-Genève grâce au CEVA et des connexions sur toute la Suisse avec des cadences augmentées.

Oui, l’avenir de la mobilité genevoise et lémanique est bel et bien sur les rails.

15:51 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

14/06/2013

Chantier du CEVA, salaire de 1500 francs. Ensemble, mettons fin à ces pratiques.

Il y a quelques jours, le syndicat SIT dénonçait des cas d’abus de sous-traitance sur le chantier du CEVA. Ces derniers visaient en particulier un entrepreneur qui ne respecterait pas les conditions de travail et de salaires. Et c’est peu dire puisque le malhonnête aurait payé officiellement ses employé-e-s 1500 francs à temps partiel alors qu’en fait ils/elles travaillaient à plein temps. Rappelons que la Convention collective de travail (CCT) de la branche fixe le salaire minimum à 4600 francs. De plus, cet énergumène aurait déjà sous-payé d’autres employé-e-s au sein de 2 entreprises qu’il dirigeait alors et croulerait sous les poursuites.

Ce cas inadmissible illustre le manque de contrôles effectués auprès des entreprises sous-traitantes sur les chantiers genevois. Pour le Parti socialiste, la course à la compétitivité pour décrocher des contrats en tirant les prix le plus bas possible ne doit en aucun cas se faire sur le dos des travailleurs/euses en les payant au lance-pierre.

Renforcement des contrôles

C’est pourquoi nous demandons un renforcement des contrôles sur le terrain. En cas d’abus, des amendes salées doivent être données afin de dissuader de telles pratiques. Il faut également instaurer des mesures d’encadrement notamment au niveau de l’accès aux marchés publics afin de s’assurer que les entreprises et leurs sous-traitants respectent les CCT et paient leurs employé-e-s dignement.

Responsabilité solidaire

Accepté en décembre dernier par le Parlement fédéral, le principe de responsabilité solidaire implique que les dirigeant-e-s d’entreprise de construction soient coresponsables des salaires et des conditions de travail de leurs sous-traitants suisses et européens. Il ne sera donc plus possible de répondre un peu trop facilement « je ne savais pas ». A Genève, la Conseillère administrative Sandrine Salerno travaille avec les partenaires sociaux pour réaliser cette responsabilité solidaire dans le cadre des marchés publics de la Ville de Genève.

Soulignons que le principe de responsabilité solidaire a été voté par un Parlement fédéral à majorité de droite, certes dans le contexte tendu de futurs débats sur la libre circulation des personnes, mais tout de même, le pas est important. Loin d’être un combat gauche-droite, le respect des conventions collectives, le versement de salaires dignes, l’instauration de conditions de travail adaptées, le renforcement des contrôles sur le terrain, sont des objectifs qui doivent être partagés par tous les acteurs politiques et économiques. La majorité des entreprises qui respectent les règles ne se retrouvera ainsi plus face à une concurrence déloyale de la part de quelques moutons noirs qui jettent l’opprobre sur toute une branche économique.

16:33 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | |

30/05/2013

Une traversée du lac à 172 milliards, un CEVA à 2,5 millions…

Peut-on vraiment raconter n’importe quoi en politique ?

 

Je suis passé à midi écouter le débat entre Miguel Limpo, député Verts, et Roger Golay, député MCG sur la question « Faut-il compenser la création de lignes TPG par des routes ? M. Golay, également président du MCG, a sorti des chiffres si faux et émis de telles contre-vérités que sa crédibilité dans ce débat ne peut être que remise en cause. Florilège : la traversée autoroutière du lac réduira le trafic en Ville de Genève de 45%, le CEVA va coûter 3,5 milliards, les personnes qui travaillent à Genève et qui viennent de l’extérieur ne viennent pas en voiture, la traversée du lac sera entièrement financée par la Confédération.

Lire la suite

16:42 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |