31/05/2017

TPG, stoppons la grande faucheuse barthassienne !

La grande faucheuse barthassienne a coupé 6% de l'offre de transports publics en 3 ans. Il veut continuer son sabordage en sabrant 2% de plus d'offre, notamment celle du tram vers Carouge.

Nos armes pour stopper la grande faucheuse:

Une loi pour compenser les baisses de tarifs par une augmentation de la subvention;

8 millions à court terme pour stopper l’hémorragie de l’offre;

Un financement équilibré et négocié pour le Léman express.


Après avoir coupé 6% d'offre globale de transports publics ces trois dernières années, le Conseiller d’Etat en charge des transports Luc Barthassat continue son sabordage des transports publics et veut sabrer encore les prestations de 2% avec notamment l'arrêt d'un tram 12 sur deux qui ne desservira plus Carouge mais s’arrêtera aux Augustins. C'est tout simplement inadmissible. C’est une manière de faire payer le peuple qui aurait, d'après Luc Barthassat, mal voté, notamment les habitant-e-s des centres urbains (Ville de Genève, Carouge, Lancy, etc.).

Une loi pour compenser les baisses de tarifs par une augmentation de la subvention.

Les Socialistes ont fait une proposition claire pour sortir de cette impasse de baisse de l’offre pilotée par le Conseiller d’Etat. Il a élaboré un projet de loi, déposé avec Ensemble à Gauche et le MCG, qui force le Conseil d'Etat à compenser toute baisse des tarifs par une hausse de la subvention afin de poursuivre le développement de l'offre TPG/UNIRESO. Ce projet de loi doit être voté rapidement par le Grand Conseil.

8 millions pour stopper l’hémorragie de l’offre

A très court terme, pour répondre à la majorité de la population qui a refusé le 21 mai dernier une hausse des tarifs TPG voulue par les Verts et la droite du Grand Conseil, les député-e-s doivent voter ce jeudi la proposition d’augmenter de 8 millions la subvention aux TPG pour couper l’herbe sous le pied de la grande faucheuse barthassienne. Nous ne voulons pas de baisse, ni à Carouge, ni ailleurs !

Un financement équilibré pour le Léman express

Puis en vue de la mise en service du RER Léman express en décembre 2019 qui correspondra à une hausse massive de l’offre de transports publics dans notre région, nous devons travailler ensemble pour trouver un financement équilibré qui puisse être accepté par la population. C'est notre responsabilité de député-e-s.

10:21 | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook | | |

Commentaires

Ce conseiller d'Etat est indispensable à Geneve et son travail irreprochable. Face au déstructionnisme socialiste il faut des hommes forts comme Luc Barthasat pour aller de l'avant dans cette république au caractère bananier.

Écrit par : Henry Rappaz | 31/05/2017

Osons tout de même rappeler que ce n'est pas M. Barthassat, mais le peuple qui, en retranchant plusieurs millions du budget des TPG, a décidé lui-même (et en toute connaissance de cause) de sabrer dans les prestations. On ne fait pas plus avec moins d'argent, et les TPG étant déjà beaucoup trop subventionnés, il est évidemment inadmissible que l'état passe à la caisse. D'ailleurs, il n'est pas établi que c'est ce que souhaitaient ceux qui ont voté non à l'augmentation.

Écrit par : mikhail | 31/05/2017

Le peuple a pris une décision de ne pas augmenter les tarifs avec une information claire dans la brochure sur les conséquences du NON. Donc acte (pour les tenant de l'augmentation MAIS aussi pour ceux déçus par la diminution de l'offre annoncée).

De plus, si certains citoyens ont effectivement voté NON avec une arrière pensée de dire que cela devrait être compensée par une augmentation des subventions, il ne existe un nombre important qui a voté NON pour signifier aux TPG de faire des économies supplémentaires.

En effet, lorsque j'ai essayé de militer pour le OUI avant les votations auprès d'amis, un nombre important m'a signifié qu'il n'était pas normal que les TPG "dépensent" sans compter. Pourquoi autant de bus/tram quasi vides aux heures creuses ? Pourquoi du matériel roulant le plus récent de Suisse ? Pourquoi des chauffeurs les mieux payés de Suisse ? Ce sentiment à l'égard des TPG n'est pas anecdotique et il ne faut pas interprété le NON de la dernière votation comme un blanc-seing pour l'augmentation des subventions, au contraire.

Sinon pour revenir sur la suppression d'un tram 12 sur 2 aux heures creuses entre Augustin et Carouge, sachant qu'il restera avec le tram 18 un tram environ toutes les 6 minutes (au lieu de 4).
Que cela sera toujours mieux qu'un bus/tram toutes les 10 minutes pour les habitants du Grand-Saconnex ou de Saint-Jean, p.ex.
Et qu'après diminution la cadence sera identique à celle des habitants de Meyrin, Bernex, Chêne-Bourg, Onex-Cité, Le Lignon, etc. (soit entre 10 et 12 tram/bus par heure)... donc franchement pas la mer à boire.

D'autant que votre fibre écolo devrait vous faire apprécier la baisse de la consommation électrique qui en découlera et qui est nécessaire pour répondre aux critères d'Energie 2050 que vous avez soutenu ;-)

Cordialement.

Écrit par : Philippe CALAME | 31/05/2017

Monsieur Wenger, si vous voulez espérer des transports publics de qualité, il faudra commencer par montrer votre bonne volonté (et votre bonne foi) pour économiser où c'est possible.
Je n'ai pas souvenir vous avoir entendu sur les projets Weibel qui permettraient de développer le réseau ferroviaire sans coûter un sous aux Genevois.

Écrit par : Pierre Jenni | 31/05/2017

Moins il y aura de transports publics plus il y aura de la place pour nos voitures ! Excellents décision de Bartass ! Vive la bagnole qui paie des impôts pour circuler contrairement aux cycloterroristes !

Écrit par : Octave Vairgebel | 31/05/2017

Les automobilistes ont tout intérêts que les villes aient de bon transports publiques.
Plus les personnes utilisent ces transports, moins le trafic est dense, ce qui améliore de beaucoup la rapidité de déplacement

Il y a l'autres possibilité comme créé des tranchées à travers les villes pour y faire passer plus de voiture, mais pas certain que la population soit prête à dénaturer leur ville.

Lorsque les automobilistes auront assez de subir des bouchons, il sera temps d'introduire la gratuité des transports, avec comme effet, une circulation plus fluide, donc moins de pollutions.

Écrit par : motus | 31/05/2017

Monsieur le député,

La première absurdité est d'avoir fait inscrire les tarifs des TPG dans une loi (LTPG), certes voulue par le peuple ...

Pour le reste, il faut désormais se focaliser sur l'avenir et réfléchir aux prochains budgets d'exploitation des TPG. Or ceux-ci seront fortement impactés par la configuration du réseau, du futur réseau ferroviaire régional notamment. Malheureusement lorsqu'on consulte le plan directeur cantonal 2030 récemment mis à jour par les technocrates de M. Barthassat, force est de constater que les économies ne sont pas au rendez-vous avec la délirante "usine à gaz" projetée par l'Etat (la fameuse Raquette, une seconde gare à l'Aéroport -- en sous-sol puisqu’il paraît qu’il faut maintenant copier sur Zurich ... --, une seconde extension souterraine à Cornavin, ainsi qu'un nouveau tunnel à l'ouest de cette dernière. Ce fameux « Plan directeur cantonal 2030 » récemment mis à jour peut être consulté en ouvrant le lien ci-dessous :

http://etat.geneve.ch/geodata/SIAMEN/PDCn_maj1/PDCn_02b_FichesB_EP.pdf

Tout ceci alors qu'il existe une solution beaucoup plus simple, qui offre exactement les mêmes prestations, voire davantage, et surtout qui coûterait six fois moins cher : la solution préconisée par M. Rodolphe Weibel, soutenue par l'Association "Genève Route et Rail", qui consiste pour l'essentiel à relier la gare de Genève-Aéroport à la ligne Genève - Lausanne, à la hauteur de Genthod, pour un coût de 740 millions de francs !
Etude et détails du projet :
https://sites.google.com/site/geneverailroute/etude

http://www.gerer.ch/

Lorsqu'on investit, il faut le faire à bon escient et penser aussi aux amortissements et aux frais d'exploitation qui résulteront des options choisies.

Lorsque vous en aurez terminé avec ces remous de la votation du 21 mai dernier, peut-être aurez-vous le temps, la sagesse et le bon sens de vous pencher sur ce problème et qui sait, peut-être la révélation jaillira-t-elle et vous permettra d'alerter vos pairs au sein des saints, dans la salle du Grand Conseil, pour mettre un terme à cette "hérésie barthassienne" avant qu'il ne soit trop tard …

Merci et bien à vous !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 31/05/2017

Je ne démollirai pas ici les crétins qui parlent de république à caractère bananier. Toutefois je veux absolument dire que l'offre des transports publics est surabondante et qu'il est parfaitement souhaitable de la diminuer.

Par malheur je ne suis pas aux commandes, mais une diminution de 10% de la folle subvention est envisageable.

Juste terminer en disant que j'attends le CEVA avec impatience et je serais d'avis de facturer à tous les recourants les coûts de perte d'exploitation.

Écrit par : JDJ | 01/06/2017

Comme certains politiques prétendent que nous vivons dans une grande métropole (le Grand-Piogre) il serait temps qu'ils réalisent que, dans ces métropoles, les transports publics s'appellent "Métro" et que tout est en sous-sol ! Les transports publics enterrés et les voitures en surface !

Écrit par : Gedeon Teusmany | 01/06/2017

Les commentaires sont fermés.