08/03/2017

Mobilité douce, M. Barthassat, respectez la volonté populaire et appliquez les lois !

Les genevois-e-s ont dit OUI à l'initiative pour la mobilité douce en 2011. Ils ont dit OUI à 67% en 2016 à la loi qui donne la priorité à la mobilité douce dans les centres urbains. Or, comme le relève la Cour des comptes, la politique de mobilité douce du Canton est à la traîne.


Double oui genevois pour la mobilité douce

Les genevois-e-s ont accepté en 2011 l’initiative pour la mobilité douce et 68% de la population a plébiscité en 2016 la loi pour une mobilité cohérente et équilibrée qui donne la priorité à la mobilité douce et aux transports publics dans les centres urbains.

Pendant ce temps, que fait le Canton ?

Le crédit de 30 millions en faveur des aménagements cyclables a été raboté de moitié pour la période 2011-2014. Un nouveau crédit de 8 millions seulement a été voté pour la période 2015-2018 alors que d'après la Cour des comptes, il manque 100 millions pour atteindre les objectifs fixés par l'initiative.

Résultats, seuls 50% des aménagements sont réalisés, voilà pour la quantité, mais la qualité de ces derniers laisse clairement à désirer. De plus, le Canton prend encore trop souvent des décisions en faveur des voitures par rapport à la mobilité douce (ex. onde verte de Malagnou).

Respectez la volonté populaire et appliquez les lois !

Alors M. Luc Barthassat, il est temps de respecter la volonté populaire et d'appliquer la loi sur la mobilité douce et la loi pour une mobilité cohérente et équilibrée et d'enfin réaliser rapidement ces aménagements cyclables tant attendus.

10:58 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.