05/07/2013

L’avenir de la mobilité genevoise et lémanique est sur les rails.

Les excellentes nouvelles pour la mobilité genevoise et lémanique se suivent.

Le 21 juin dernier le Parlement fédéral votait définitivement à une large majorité le contre-projet à l’initiative ATE « Pour les transports publics » intitulé «Financement et aménagement de l’infrastructure ferroviaire» (FAIF) avec un montant de 6,4 milliards. Ce vote constituait une étape déterminante dans l’extension des transports publics en Suisse. Bonne nouvelle également pour Genève, inclus dans cette enveloppe, 790 millions pour financer l’extension de la gare de Cornavin.

Le 1er juillet dernier, le collectif 500, à la base de la proposition de version souterraine de l’extension de la gare Cornavin, déposait son initiative munie de 16'285 signatures récoltées en 3 mois seulement. Bravo.

Aujourd’hui 5 juillet, l’expertise indépendante cofinancée par les CFF, la Ville et le Canton de Genève qui avait pour but d'évaluer la faisabilité de différentes options pour agrandir la gare de Cornavin livre ses conclusions. La variante souterraine est retenue comme la meilleure. Son coût, 1,2 milliards, soit 500 millions de moins que l’estimation faite par les CFF il y a  quelques mois. 790 millions seront financés par Berne via le FAIF, manque 410 millions que devront assumer le Canton et la Ville de Genève. Comme candidat au Grand Conseil, je m’engage à voter le crédit que déposera le conseil d’Etat.

Ce sont 50'000 personnes quotidiennement qui passent par Cornavin aujourd’hui.

En 2030, ce seront 100'000 personnes par jour qui utiliseront une gare Cornavin agrandie en souterrain et qui auront à disposition un véritable RER du Grand-Genève grâce au CEVA et des connexions sur toute la Suisse avec des cadences augmentées.

Oui, l’avenir de la mobilité genevoise et lémanique est bel et bien sur les rails.

15:51 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

Commentaires

Pas du tout ! Si mobilité il y a, sont avenir est bien entendu mixte et sans aveuglement idéologique: Aujourd'hui LE seul axe routier de la côte lémanique nord est une misérable autoroute a deux voies qui date d'il y a 50 ans (même pas l’équivalent d'un boulevard secondaire aux US ou en Asie).

Depuis l'arc lémanique est quasiment devenu une agglomération mais sans aucune vision d'infrastructure. Pour info une autoroute a deux voies + deux voies CFF, c'est exactement ce qui dessert Leytron VS, 2000 habitants.

Sinon il vous reste l'option de voter ecopop, ça rendra le besoin mathématique de plus de voies de circulation obsolète.

Écrit par : Eastwood | 05/07/2013

Les commentaires sont fermés.