14/06/2013

Chantier du CEVA, salaire de 1500 francs. Ensemble, mettons fin à ces pratiques.

Il y a quelques jours, le syndicat SIT dénonçait des cas d’abus de sous-traitance sur le chantier du CEVA. Ces derniers visaient en particulier un entrepreneur qui ne respecterait pas les conditions de travail et de salaires. Et c’est peu dire puisque le malhonnête aurait payé officiellement ses employé-e-s 1500 francs à temps partiel alors qu’en fait ils/elles travaillaient à plein temps. Rappelons que la Convention collective de travail (CCT) de la branche fixe le salaire minimum à 4600 francs. De plus, cet énergumène aurait déjà sous-payé d’autres employé-e-s au sein de 2 entreprises qu’il dirigeait alors et croulerait sous les poursuites.

Ce cas inadmissible illustre le manque de contrôles effectués auprès des entreprises sous-traitantes sur les chantiers genevois. Pour le Parti socialiste, la course à la compétitivité pour décrocher des contrats en tirant les prix le plus bas possible ne doit en aucun cas se faire sur le dos des travailleurs/euses en les payant au lance-pierre.

Renforcement des contrôles

C’est pourquoi nous demandons un renforcement des contrôles sur le terrain. En cas d’abus, des amendes salées doivent être données afin de dissuader de telles pratiques. Il faut également instaurer des mesures d’encadrement notamment au niveau de l’accès aux marchés publics afin de s’assurer que les entreprises et leurs sous-traitants respectent les CCT et paient leurs employé-e-s dignement.

Responsabilité solidaire

Accepté en décembre dernier par le Parlement fédéral, le principe de responsabilité solidaire implique que les dirigeant-e-s d’entreprise de construction soient coresponsables des salaires et des conditions de travail de leurs sous-traitants suisses et européens. Il ne sera donc plus possible de répondre un peu trop facilement « je ne savais pas ». A Genève, la Conseillère administrative Sandrine Salerno travaille avec les partenaires sociaux pour réaliser cette responsabilité solidaire dans le cadre des marchés publics de la Ville de Genève.

Soulignons que le principe de responsabilité solidaire a été voté par un Parlement fédéral à majorité de droite, certes dans le contexte tendu de futurs débats sur la libre circulation des personnes, mais tout de même, le pas est important. Loin d’être un combat gauche-droite, le respect des conventions collectives, le versement de salaires dignes, l’instauration de conditions de travail adaptées, le renforcement des contrôles sur le terrain, sont des objectifs qui doivent être partagés par tous les acteurs politiques et économiques. La majorité des entreprises qui respectent les règles ne se retrouvera ainsi plus face à une concurrence déloyale de la part de quelques moutons noirs qui jettent l’opprobre sur toute une branche économique.

16:33 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | |

Commentaires

C'est comme ça que vous pensez être élu et automne?

Écrit par : Déblogueur | 14/06/2013

Le chantier Ceva = emploi de travailleurs sans papiers

sinon, salaires au minima SMIC français,
est ce que tout suisse résident frontalier au chomage ce voit "proposé" par le pôle emploi de son lieu de résidence, et doit en fait, accepter

ce qui n'est rien d'autre que de la discrimination par la nationalité et la compétence des suisses résidents frontaliers imposée aux suisses via les PE français

Écrit par : Pierre à feu | 14/06/2013

faut-il vous scanner les offres d'emploi de Pôle Emploi à max 1'700 Euros aux suisses résidents compétents mais chômeurs?

Écrit par : Pierre à feu | 14/06/2013

Dommage: vous ne parlez pas de ces étudiants suisses de haute école et de haut niveau engagés comme stagiaire ... à zéro CHF de rémunération.

Dommage: vous ne parlez pas de ces suisses employés au black sur emplois précaires à l'appel, comme les stadiers du stade de Genève et payés 90 CHF pour l'ensemble de leurs prestations de 6-8h non déclarées

comme quoi Genève et ses contribuables ont encore beaucoup à élire
de ces singes qui s'auto-stimulent, s'entretiennent, se voilent la face, se couvrent la bouche, les yeux et le reste
(appel aux tapissier: du business à faire, sièges à changer)

Écrit par : Pierre à feu | 14/06/2013

Les commentaires sont fermés.