30/05/2013

Une traversée du lac à 172 milliards, un CEVA à 2,5 millions…

Peut-on vraiment raconter n’importe quoi en politique ?

 

Je suis passé à midi écouter le débat entre Miguel Limpo, député Verts, et Roger Golay, député MCG sur la question « Faut-il compenser la création de lignes TPG par des routes ? M. Golay, également président du MCG, a sorti des chiffres si faux et émis de telles contre-vérités que sa crédibilité dans ce débat ne peut être que remise en cause. Florilège : la traversée autoroutière du lac réduira le trafic en Ville de Genève de 45%, le CEVA va coûter 3,5 milliards, les personnes qui travaillent à Genève et qui viennent de l’extérieur ne viennent pas en voiture, la traversée du lac sera entièrement financée par la Confédération.


Diminution du trafic avec la traversée autoroutière du lac

 

Concernant la diminution du trafic en Ville de Genève, le rapport du Conseil d’Etat sur la traversée du lac est limpide. Le scénario le plus ambitieux avec mesures d’accompagnement renforcées amènera 30% de réduction de trafic : « Actuellement, environ 150'000 véhicules empruntent quotidiennement les principaux axes du centre-ville et le pont du Mont-Blanc. Les prévisions indiquent que la fréquentation s’élèvera à 170'000 véhicules/jour en 2030. Avec la réalisation de la traversée du lac à l’horizon 2030 (Etat 3+), ce chiffre retomberait à 120’000 ».

 

Sur le fait que la Confédération va entièrement financer la traversée, rappelons qu’en juin dernier, l’Office fédéral des routes (OFROU) a clairement mentionné dans une "étude d'opportunité" que la variante d’un élargissement de l'autoroute de contournement est nettement préférable à la traversée du lac pour supprimer le goulet d'étranglement de Genève. De plus, l’OFROU a ajouté que la traversée, dont les coûts et les impacts environnementaux sont nettement supérieurs à ceux d'un élargissement, ne bénéficie d'aucun financement de la Confédération. En 2050, on verra, mais je doute que Berne finance l’entier de l’ouvrage.

 

Coût prévu du CEVA

 

Sur le sujet du coût du CEVA, l’Etat informe que « le coût du projet – réactualisé en 2009 - se monte à 1,567 milliard de francs pour la partie en territoire suisse. Seuls 44% sont investis par l’Etat de Genève, tandis que le solde est à la charge de la Confédération. La part cantonale du financement a fait l'objet de 4 votes du Grand Conseil et d’un vote référendaire (29 novembre 2009) lors duquel la population a confirmé à plus de 61% qu’elle souhaitait voir cette infrastructure majeure se réaliser. »

 

Quant à l’argument que les personnes qui travaillent à Genève et qui viennent de l’extérieur ne viennent pas en voiture, je vous laisse juge…

 

Je pense qu’il est normal d’avoir des avis et des projets différents, c’est la base de la politique. Je déteste la pensée unique et trouve sain le débat démocratique et public. Par contre, je suis persuadé que pour la qualité du débat démocratique on ne doit pas raconter n’importe quoi, c’est une question de respect et de crédibilité.

16:42 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.